Photo d'illustration

Café des Lecteurs

Cet espace est réservé à l’expression des lecteurs. Certains messages sont issus des pages et groupes Facebook de Brigitte Kernel. Vous pouvez déposer un message sur ce site en utilisant le formulaire ci-dessous ; votre adresse email est nécessaire mais restera confidentielle.

Messages (479)

  • Nell

    Bonsoir,

    Je vous avais envoyé un mail au début d’année pour savoir si vous veniez sur le salon du livre de Limoges. Depuis, j’ai lu un puis deux puis trois puis quatre de vos livres. En fait, je crois qu’acheter il ne m’en manque que deux ou trois et à lire presque autant ! J’ai été très troublée par certains de vos propos ayant l’impression que vous saviez ce que je ressentais. Troublant et dérangeant.

    Ceci étant, je reviens vers vous pour savoir si vous serez présente au salon du livre de Brive ? Et par la même, encore plus, j’espère votre présence à celui de Limoges l’année prochaine où il est plus pratique pour moi de me déplacer.

    Dans l’attente de poser encore mes pensées sur vos mots par la lecture d’encore plus de vos oeuvres, permettez-moi de vous souhaiter une bonne soirée ou une bonne journée en fonction du moment où vous lirez ceci.

    Cordialement.

  • Fête Du Livre Merlieux

    J’aime la grâce et la force des romans de Brigitte Kernel ! L’exploration vivante des plis et replis des amours et désamours humaines. J’en aime la sensualité, les cris, les rires et les larmes. Emotions et sentiments mis à nu dans toute leur douceur, dans toute leur violence…

  • Blandine

    Bonjour Brigitte,

    J’ai avalé Andy. Ca va, il n’était pas gros, il est assez bien passé.
    Je ne l’ai pas trouvé « spécial », ni même choquant. Il m’a ému et bouleversé, du début à la fin. J’ai totalement compatis pour ce personnage. Je ne connaissais que très peu de choses de cet artiste. Je ne savais pas qu’il avait été « étouffé par l’amour de sa mère ». Finalement, cela fait autant de dégâts qu’être étouffé par la haine. Dans « Autobiographie d’une tueuse » par exemple, le personnage principal se nie également et vit dans la peur. Enfin, cela tient plus à un ressenti qu’autre chose.

    J’apprécie la structure du livre, les séances chez le psy. C’est original.
    J’ai relevé quelques belles phrases :  » Je dois parler pour lutter, me dégager de ces habitudes qui nuisent à ma foi et à ma santé. Le seul point positif, c’est que ça m’évite de penser encore et encore à Valérie Solanas, au garçon de Pittsburgh et à ses cheveux d’or… » (P. 44)

     » Les haineux l’effraient comme il me terrorisent. Les malades de l’esprit l’angoissent de la même manière qu’ils me perturbent. Ceux qui ne se rendent pas compte qu’ils ont un être humain en face d’eux et qu’ils peuvent faire des dégâts en le malmenant. » (P. 64)

    —————————————————————————

    J’ai beaucoup aimé « Les falaises du crime », même si je pense qu’une seule lecture ne m’a pas suffi. Il y a un certain nombre de détails qui m’ont échappé et j’aimerais le relire dans les mois qui viennent pour en saisir toute la portée.

    L’histoire est originale, les personnages drôles.
    J’ai aimé la liberté de ton sans fioriture. On retrouve un peu le même humour dans « Autobiographie d’une tueuse ». J’aime beaucoup ce ton.

    Le début de la 3ème partie m’a beaucoup fait rire (je n’ai pas tout relevé) :  » A quatre pattes, le nez dans l’herbe, reniflant le gazon, Jésus ressemblait vraiment à un chien. (…)

    - Pas d’amoureux, Jésus, tu ne trouves pas de traces, aucune odeur… Aucun bruit non plus ? Tu n’entends rien ? (…)

    - Je ne renifle personne, Madame, Madame…

    (…)

    - J’ai entendu ces gémissements, il y avait des amoureux dans le parc, j’en suis certaine Jésus, méchant Jésus qui a raté les petits anges, alors Jésus tu vas les sentir… » (P. 141 – 142).

    La fin est vraiment réussie je trouve.

  • Charles

    Excellent roman !:-)

  • Anne

    Je ne manquerai pas de vous faire connaitre mon ressenti après lecture de « ma psy, mon amant « il fera partie de mes bagages pour mon escapade en Toscane. A bientôt et comme on dit en Italie « Grazie di essistere »

  • Christine Duris

    Votre fais-moi oublier restera toujours dans mon cœur.

  • Agnès

    Bonjour Brigitte. J’ai été heureuse de vous rencontrer devant notre magnifique lac comme vous l’avez qualifié. Merci pour votre roman. Je viens de finir. J’aime.

  • Valérie

    « Jusqu’où a-t-on le droit d’écrire ?
    N’est-ce pas trahir que d’écrire ?
    Il faut se méfier des écrivains.
    Je me sentais pilleuse de tombe, archéologue devant un sarcophage »
    Brigitte Kernel

  • Bruno

    Serez-vous à Brives ?

  • Clement Michele

    Au plaisir de lire votre prochain « Bébé » Merci !!*****

  • Martine Chermanne

    à bientôt Brigitte, me suis fort attachée à Andy

  • Sandrine Faivre

    et sur la RTS, youhhhhh!!!

Ecrire un message

En librairie aussi