Photo d'illustration

Café des Lecteurs

Cet espace est réservé à l’expression des lecteurs. Certains messages sont issus des pages et groupes Facebook de Brigitte Kernel. Vous pouvez déposer un message sur ce site en utilisant le formulaire ci-dessous ; votre adresse email est nécessaire mais restera confidentielle.

Messages (479)

  • Carine D

    Je voulais vous dire que l’un de mes coups de coeur littéraire, c’est votre livre.

  • E 75

    Je viens de commencer ton « andy »… impossible de le lâcher

  • Berangere Lanteri /aposterioriapriori.com

    Brigitte Kernel est une auteure que j’affectionne particulièrement, de part sa plume bien évidemment, de part sa voix, mais aussi de part son sourire,sa gentillesse et ce regard bienveillant qu’elle pose sur vous quand vous la rencontrez. Toujours à l’écoute de ses lecteurs et lectrices. C’est donc sans aucun questionnement de quelque nature que j’ai acquis, voici quelques temps, son dernier roman « Andy », paru aux Editions Plon en ce début d’année
    Quelle ne fut pas mon étonnement en tournant les pages de ce dernier opus. Brigitte… s’est transformée en endoscope, et s’est introduite dans le corps, dans la chair d’Andy Warhola, dit Andy Warhol.
    …Tout commence un mercredi 11, à 11 heures. Première consultation pour Andy chez un psy. La première d’une série de 11. Andy se confie à son psy, silencieux, suite à la tentative d’assassinat dont il a été victime un certain 3 juin 1968. Ce jour-là, Valérie Solanas (Satanas pour la maman d’Andy), pointe un révolver sur Andy et tire. 11 organes de touchés qui engendreront 11 semaines d’hospitalisation. Onze, un nombre qu’Andy déteste, fuit, un nombre qui rythme ses comptes de pas, d’immeubles. Une fixation. 
    Par la plume de Brigitte, nous (lecteurs) explorons les méandres de cet artiste du Pop Art, nous nous insinuons dans son âme, dans sa zone de Broca, dans son être entier, dans ses chairs…

    Brigitte Kernel maîtrise l’art de l’écriture sans aucun doute, et cequelqu’en soit le registre. Elle nous livre ici une biographie exceptionnelle de ce génie de talent, sait ajuster les mots pour nous dresser un portrait touchant de la relation mère-fils, une relation trop pleine d’amour qui empêche Andy d’avouer son homosexualité à sa maman, pour la protéger, elle cette femme si croyante et pratiquante. Brigitte est un top-chef des mots, des sentiments, des émotions pour nous faire partager des scènes oh combien érotiques mais douces et sensuelles. 

  • Kristel L

    félicitation pour ce nouveau livre

  • Sofie ♀♀ ‏

    BKernel merci à vous pour le plaisir que vous me donnez avec vos livres :-)
    Bientôt un nouveau roman ?

  • Christopher LAVESVRE

    Je me permet de vous écrire pour vous demander où en était le projet de réaliser un long métrage sur votre roman « Autobiographie d’une tueuse » ? En effet, étant né et habitant toujours à Neuves-Maisons, ce livre a une saveur particulière pour moi…
    Je tenais à saluer votre grand talent et vous remercier de ne pas oublier vos racines..
    Je vous souhaite encore beaucoup de réussite pour le futur.
    Un compatriote Néodomien,

  • Pascale

    Ca je ne vais pas vous rater à Villeneuve, je suis tout prés. Trop contente j’ai adoré « A cause d’un baiser » votre livre si beau

  • Blandine

    Avant toute chose, je tiens à dire que j’aime vraiment beaucoup ce site (non, ce n’est pas de la flatterie excessive ). C’est une bonne idée de laisser au lecteur le choix de s’exprimer sur vos livres, d’en faire des interprétations… A ce sujet j’ai pensé à vous il y a quelques semaines en lisant la préface de « Paludes ».

    ———————————————————-

    Je n’interprèterai pas « Une journée dans la vie d’Annie Moore », j’aurais peur que ce soit mal vu. Cependant, je me permets de dire que j’ai beaucoup aimé. Les trois personnages principaux sont peints avec beaucoup de finesse et de psychologie. Je m’y suis beaucoup attachée, surtout à l’enfant. Charly m’a bien plu aussi et son activité m’a plutôt fait sourire…

    Trois protagonistes à qui il manque un père et formant trois paires, trois personnages en quête d’un double complémentaire.

    La peluche Babar pourrait symboliser le substitut paternel et la stabilité et la piscine la volonté de revenir aux sources, la vie utérine et une envie de renaissance.

    Ce livre est nettement moins poignant que les trois précédents que j’ai lus (« Fais – moi Oublier », « Autobiographie d’une tueuse » et « Un animal à vif » ) ce qui n’est ni un reproche, ni un jugement mais simplement mon ressenti.

    Il y a beaucoup de points de suspensions dans vos romans et je ne sais passi cela revêt une signification particulière à vos yeux.

  • Aurélie06

    Merci pour fais-moi oublier

  • Nathalie Gaubert

    @BKernel @AmandaSthers voyage bucolique avec Andy(Bécherel).Andy m’ appelle,interpelle!dernière séance sur le divan;)

  • Martine Chermanne ‏

    Bon vais aller coucher avec un bon livre… BKernel… Andy vient avec moi:-), bonne nuit à toutes et tous :-)

  • Valérie Val

    la vie de ces romans semble ne pas s’arrêter: « C’est là que mon portable avibré » … la page 366 (A cause d’un baiser) invite d’ailleurs la lectrice que je suis à imaginer que l’histoire se poursuit … alors le portable vibre … et après ? J’espère un jour (bientôt peut-être ?) lire la suite dans quelques unes de vos pages … Merci d’avoir gentiment répondu à mon modeste commentaire … qui n’en demandait pas tant!

Ecrire un message

En librairie aussi